Spécificités de la méthode

 

    G. Boyesen, dans sa théorie biodynamique (sur laquelle s'appuie en partie le Toucher Psychothérapeutique) accorde une très grande importance à l’activité de régulation et de dissolution du péristaltisme intestinal qu’elle a nommé le pschopéristaltisme.

    Celui ci serait le principal régulateur de la décharge de l’énergie nerveuse. Il permettrait de gérer l’équilibre de l’énergie vitale de l’organisme avec la possibilité de « digérer » les névroses.

Le psychopéristaltisme suit le mouvement intérieur de plaisir, de contentement de soi, de gratification et de réalisation de soi.

    Il y a en réalité deux types de tension qui peuvent empêcher le bon fonctionnement du psychopéristaltisme. Le premier type concerne les multiples conflits anciens refoulés, et le second, les effets du stress quotidien sur l’organisme.

Dans la thérapie, nous pratiquons le massage et déclenchons le psychopéristaltisme de manière à éliminer les conflits. L’autorégulation consiste en la pratique d’ouverture du psychopéristaltisme qui permet de dissoudre les tensions.

 

    Le psychothérapeute, par le massage, la parole ou le silence, provoque un stimulus intérieur. Il laisse ensuite apparaître des profondeurs du soma, le processus dynamique provoquant la naissance des émotions qui se déchargent avec des réactions végétatives appropriées.

   Il y a dans le corps, un processus régulateur et harmonisateur des tensions dont le psychopéristaltisme est la manifestation la plus caractéristique et la plus accessible et que la thérapie a pour but de favoriser.

 

     Le péristaltisme, c’est plus précisément l’activité du tube digestif qui se manifeste par une contraction annulaire qui se propage de haut en bas, tout au long du tube digestif et qui a pour finalité le processus de digestion. Le canal alimentaire, appelé également canal émotionnel est le principal conducteur aussi bien que le principal endroit de stockage des impulsions réprimées et des impulsions instinctives. C’est dans ce canal que circule l’énergie instinctuelle et que les conflits entre le « ça » (en relation avec les pulsions) et le « moi » (en relation avec les contrôles) prennent place.

 

     Ce canal est la voie de dissolution, de la « fonte » de l’énergie émotionnelle qui permet l’harmonisation psychique et physique. G. Boyesen légitime son intérêt par le raisonnement suivant :

 

« Si l’on suit l’évolution des espèces, l’animal le plus simple est l’uni-cellulaire, l’amibe, puis l’animal tube, qui est uniquement endoderme (…). L’énergie émotionnelle est l’énergie primitive, elle provient de l’endoderme. Je compris alors qu’il n’y a rien de plus primitif que le canal alimentaire. Il m’apparut naturel que le tube digestif soit le premier lieu, le lieu privilégié de la circulation de l’énergie instinctuelle. Je comparai mes hypothèses avec les théories de Freud et je saisis l’importance des fixations orales et anales qui se trouvent à chacune des extrémités du canal digestif. Dans ce canal (…), il y a quatre voies de décharge. Deux voies ascendantes qui sont la réaction émotionnelle par le cri (voie forte) et la parole (voie douce) et deux voies de décharge descendante, l’une étant la diarrhée (voie forte) et l’autre … »

 

« …la voie douce de la décharge végétative (…) mécanisme de régulation et d’élimination de la tension nerveuse : le psychopéristaltisme.»

«  … La fonction physiologique est, bien entendu, de digérer la nourriture. La fonction ésotérique est de digérer la nervosité. »

 

     Pour favoriser ou remettre en marche ce fonctionnement régulateur perturbé par des stases énergétiques, le psychothérapeute, par la pratique de massages plus ou moins longs sur différentes zones corporelles, va chercher ce que nous appelons les « clés », c’est-à-dire un certain nombre de points sensibles qui vont réactiver le péristaltisme.

 

    Pour faciliter l’écoute du psychopéristaltisme, nous disposons d’un stéthoscope (amplificateur de sons) que le thérapeute met sur le ventre du patient. Dans notre travail thérapeutique, nous gardons toujours à l’esprit, l’idée du principe de fermeture du psychopéristaltisme.

     Les sons du péristaltisme nous guident et nous montrent le chemin. Ces sons diffèrent selon la problématique du patient.

     Il y en a quatre qui s’apparentent aux différents éléments tels que le feu, l’eau, l’air et la terre.

 

Les sons de feu, tels que les coups de tonnerre, mitraillette, bruits de crépitements, tic-tac, rugissements du lion concernent des niveaux pulsionnels d’agression qui ne sont pas mûrs et forment un blocage, car ces énergies sont étrangères à la conscience du moi.

 

Au contraire, nous pouvons rencontrer des sons d’eau qui s’apparentent à l’écoulement d’une rivière ou source enchantée. Ces sons très aquatiques indiquent quant à eux qu’un flot d’énergie circule de façon harmonieuse et puissante.

 

Les sons d’air qui ressemblent au bruit du vent, touchent des couches profondes et il est préférable de ne pas les rencontrer.

 

Les sons de l’élément terre sont souvent des bruits de porte qui s’ouvre, de grincements. Lorsque le massage ouvre des portes très anciennes, il libère des matériaux qui font remonter à la conscience des souvenirs et des images.

 

     Quelle que soit l’origine des névroses, il reste évident que le travail personnel de transformation au niveau psychocorporel est important, voire indispensable à l’évolution de l’individu et que ses effets positifs vont produire des changements durables pour chaque personne qui l’entreprend.

 

Psychothérapies à Grasse


Enfant - Adolescent - Adulte 


06 15 06 05 52

merci@florencedutheil.org

 

Retour à l'ACCUEIL