D.M.O.K.A.©

Logo D.M.O.K.A.

(Déprogrammation par les mouvements oculaires, kinesthésiques et auditifs)

 

La D.M.O.K.A©  fait partie des thérapeutiques neuro-émotionnelle et trouve ses origines dans les thérapies faisant appel aux mouvements oculaires, tactiles, auditifs, ainsi qu'au yoga des yeux, à l'orthoptie, à la P.N.L, à l'hypnose et aux thérapies humanistes.

Ce concept de déprogrammation neuro-émotionnelle permet de désactiver, de désensibiliser des chocs traumatisants restés en mémoire dans notre cerveau faute d'avoir pu être intégrés en leur temps et ayant des conséquences négatives s'exprimant dans notre présent malgré une prise de conscience du choc initial (violence, agression, traumatisme ou simple choc émotionnel, culpabilité, colère...).

Cette approche donne la possibilité d'intégrer des expériences douloureuses en les transformant à l’aide d'ancrage d’états ressources, de changements de nos croyances limitantes. 

Le praticien fait appel à des "cognitions positives" que le patient choisit personnellement permettant de mettre en place de nouveaux comportements afin de sortir de certains schémas récurrents. Cette pratique permet de réguler des états de stress importants en retrouvant un réel bien être.

Cette neuro-thérapie est remarquable par la rapidité et l’efficacité de son action particulièrement dans les E.S.P.T, les états de stress post-traumatique (suite à des viols, violences, accidents) ainsi que pour les deuils non faits au sens large du terme, dans les traitements de sentiment négatif, culpabilité, colère ressentiment et comportement inadapté qui les accompagnent.

Il en est de même pour les états de stress récurents incontrôlables, les phobies, les états dépressifs les dépendances affectives.

Ce traitement est efficace lorsque la prise de conscience et l’expression des traumatismes n’ont pas suffi à débloquer un état de souffrance.

Afin de déprogrammer ces chocs émotionnels ou différents traumatismes le praticien va utiliser les mouvements oculaires, kinesthésiques, auditifs reprenant des mécanismes naturels d’auto guérison existant chez l’être humain.

Les désordres » biologiques « proviennent d’expériences traumatisantes du passé non assimilées et qui viennent perturber notre présent.

Ces informations et leurs émotions associées ne sont donc pas traitées par l’analyse rationnelle du cerveau cognitif et continuent à « tourner » dans le cerveau émotionnel. Chaque fois que nous nous trouvons confrontés à un événement similaire le cerveau émotionnel mettra en place une réponse de survie (comportement d’urgences, somatisation…). Dans ces cas, le cerveau émotionnel prédomine sur le cerveau cognitif et altère nos capacités à mettre en place à des stratégies de pensées.

 

La nature est bien faite ; il existe donc un processus naturel qui se produit la nuit durant le sommeil paradoxal au travers de mouvements oculaires, ceci afin de classer les évènements de la journée.

Si la charge émotionnelle est trop forte pour être traitée par les mouvements diurnes, nous utiliserons alors la D.M.O.K.A.©

Durant la séance l’émotion sera atténuée, diminuée et déchargée ainsi la personne pourra sortir de son sur-stress et changer sa vision de la situation tout en retrouvant son discernement. Désormais, elle peut intégrer de nouvelles croyances positives, se sentir libérée et en paix.

Certains traumatismes anciens occultés peuvent resurgir ; c’est un peu comme un fil rouge que l’on tire qui amène à reconsidérer nos mécanismes de fonctionnements inadaptés au présent afin de ressentir une plus grande estime de nous-mêmes et des autres.

Les praticiens en D.M.O.K.A.© ont pu constater des facteurs qui favorisent les changements :

 

1/ La disparition des pensées, des émotions négatives stressantes.

Le patient se trouve dans l’incapacité de réactiver son stress, sa peur, son angoisse… même en se replongeant dans l’évènement originel. Il dit : "je n’arrive plus à m’associer et ressentir le problème".

 

2/ Une relaxation profonde sur un plan physiologique et psychique.

 

3/ la mise en place de nouvelles idées, de nouveaux sentiments et ressentis vis-à-vis de la difficulté de départ. Ces transformations sont fascinantes par leur soudaineté.

 

4/ Une nouvelle vision du « Monde », un changement profond de croyance, de nouvelle solution à des problèmes dits « insolubles »…

 

5 / La D.M.O.K.A.© non seulement permet de faire chuter le niveau de stress, de changer les croyances "périmées", de trouver des solutions. Elle alimente notre optimisme et notre joie de vivre.

 

 

D.M.O.K.A.

Cas cliniques

Croyances limitantes

 

Un patient arrive dans un état dépressif et complètement dépité par ce qui lui arrive... Quelques mois auparavant il rencontre une femme… il a l’intime conviction que c’est "La" femme de sa vie…Il y croit…Ils décident de partir en vacances ensemble…pendant les vacances la relation se dégrade…elle demande à faire un break… sans vraiment dire c'est fini. La séparation le rend malheureux... Il décide de faire une lettre pour poser de nouvelles bases à la relation et va la porter dans la boite aux lettres sentant que ces résolutions vont donner une deuxième chance à leur amour.

Il voit sa copine dans les bras d’un autre homme.

Il rentre chez lui et il s’effondre ; sentiment de trahison

La séance de Dmoka lui a permis de remonter vers l’âge de 12/13 ans quand sa mère lui avait promis de ne pas le mettre en pension et il se souvient de l’instant où sa mère le dépose à l’arrêt de bus pour aller en pension !

Ce sentiment de perte, de rupture avec le milieu familial avait engrammé la croyance limitante : "je ne suis pas respecté dans mon désir et ma mère me trahit"

Une cognition positive "même si je me sent trahi et non respecté dans mon désir, aujourd’hui je suis un homme respectable"

Quelques semaines plus tard cet homme a fait une nouvelle rencontre et c’est une relation qui dure !

 

 

Le policier

 

Un patient vient de recevoir un choc émotionnel visuel ; cet homme exerce le métier de policier. Dans son travail il est appelé d’urgence suite a une défenestration, il se retrouve confronté à une vision d’horreur : "le corps d’un homme sanguinolent gisant sur le sol avec la tête à moitié tranchée et la cervelle dégoulinante avec le visage complètement écrasé"

Même si cet homme en a vu d’autre, là c’est la sidération il ne peut plus aller travailler et cette image tourne en boucle dans son cerveau. Il somatise et la nuit il est envahi de cauchemars son plexus solaire noué et l’estomac bloqué.

Bien qu’il ait verbalisé ce choc à ses collègues de travail, sa famille, ses amis et à son médecin les symptômes subsistent.

Une séance de D.M.O.K.A© a suffi avec deux sessions de mouvements oculaires rapides pour faire disparaître les tensions physiques et son état de confusion mental et émotionnel.

Ses nuits sont devenues normales après trois semaines de cauchemars et d’insomnies.

 

Dans cet exemple nous sommes confrontés à un E.S.P.T ; le patient est un professionnel, il n’a pas de lien émotionnel avec la victime et il est sensé gérer ce genre de situation d’urgence dans son travail. Malgré cela la vision d’horreur a « sidéré » son cerveau.

En quelques minutes la D.M.O.K.A. a permis de débloquer et de retraiter ces informations visuelles traumatisantes

 

Un deuil non fait…

 

Une patiente de 50 ans dont la mère est décédée 3 ans auparavant subitement n’arrive pas à faire son deuil.

Un matin elle retrouve sa mère inanimée sur une chaise la tête en arrière, les yeux révulsés et cette image la hante quotidiennement.

Lors de la séance de D.M.O.K.A. © cette patiente réalise son soulagement de ne pas avoir été là lorsque sa mère a rendu son dernier souffle car elle prend conscience de sa difficulté à gérer une telle situation où elle aurait été paniquée. Elle touche à un sentiment de grande culpabilité qu’elle avait refoulé jusqu'à présent celui d’avoir été soulagée de la mort de sa mère en son absence et de ne pas être présente lors de ce malaise fatal.

Car bien entendu la relation mère fille était très fusionnelle et elle admet que peut-être sa mère a choisi de mourir seule sachant que pour sa fille ce serait très difficile d’accueillir son départ.

Elle choisit lors de cette séance une cognition positive qui lui permet d’intégrer une nouvelle croyance positive :

« Même si je me reproche encore d’avoir été soulagée que maman meure en mon absence, elle l’a fait par amour et j’accepte son choix.

 

Une seule session de mouvement oculaire rapide à fait remonter à la conscience cette culpabilité refoulée depuis des années qui empêchait celle-ci de faire véritablement son deuil, clé de la guérison.

Depuis cette séance l’acceptation soudaine de la mort de sa mère a germé avec la libération de ce sentiment de tristesse lié au décès de sa mère   

 

 

Psychothérapies à Grasse


Enfant - Adolescent - Adulte 


06 15 06 05 52

merci@florencedutheil.org

 

Retour à l'ACCUEIL